Rechercher

Aragon : un jour du monde



1. Un article paru dans les Lettres Françaises


Aragon face à une Europe au bord du précipice


Avec son numéro 20, les Annales de la Société des amis de Louis Aragon et Elsa Triolet clôt la réédition de toutes les chroniques données par Aragon au journal Ce soir. Ces chroniques intitulées Un jour du monde avaient commencé dans les pages du journal progressiste à partir de septembre 1938 dans un contexte de tensions diplomatiques croissantes et d’avancée du fascisme en Europe. Dans cette deuxième partie, les chroniques s’échelonnent du premier décembre 1939 jusqu’à la fin symbolique de Ce soir, victime de la censure gouvernementale, le 26 août de la même année.

Si les articles d’Aragon se situent dans la continuité de ceux publiés durant l’année 1938, François Eychart, dans son introduction, fait remarquer que leur statut change quelque peu au sein du journal à partir de juillet : les articles sont un peu plus courts et se voient dotés d’un titre. Pourtant le sens des interventions quasi quotidiennes d’Aragon demeurent : après avoir bataillé contre Munich et ses conséquences directes à la fin de l’année 1938, il poursuit sa lutte contre l’esprit de soumission et de défaitisme animant les démocraties libérales européennes face à l’avancée des puissances fascistes et notamment de l’Allemagne. Il s’alarme du sort des réfugiés espagnols entassés à Perpignan par les autorités françaises… Il dénonce les complaisances parisiennes envers le III° Reich… « Gare aux capitulards », du nom d’un de ses derniers articles, pourrait parfaitement résumer le sens de son inlassable combat antifasciste.

Comme pour le précédent volume, cette édition est extrêmement soignée : la multiplicité des faits et des allusions évoquées par Aragon est éclaircie par un très bon appareil critique (notes de bas de page et notices biographiques). François Eychart a choisi judicieusement d’intégrer en annexes des documents de l’époque, notamment sur la mission du général Doumenc en URSS et sur son échec qui entraina le pacte de non-agression entre l’URSS et l’Allemagne d’août 1939. Ils permettent de comprendre l’importance des chroniques d’Aragon dans Ce soir durant cette funeste année.

Camille Monclert

Les Lettres françaises, février 2020.


2. Une émission de Radio Agora sur cette chronique avec François Eychart


Première partie : cliquez ICI

Deuxième partie : cliquez ICI

0 vue

Recherche

thématique

par sujet ou par auteur dans nos publications

ci-dessous