top of page
Rechercher

Quarantième anniversaire de la disparition d'Aragon : les prochains rendez-vous

L'évènement va donner lieu à de nombreuses initiatives. Vous pouvez en connaître le calendrier, publié sur le site de la Maison d’Elsa Triolet-Aragon, en cliquant ICI


A voir également, le documentaire de Grégory Monro, diffusé par France 5 le 2 décembre à 23h, intitulé "Dans les yeux d'Elsa Triolet".


Ce qu'en dit Youness Bousenna dans Télérama :

"Brigitte Giraud vient d’être la treizième femme à recevoir le prix Goncourt, ce qui aurait pu être l’occasion de rappeler que la première fut Elsa Triolet (1896-1970) pour Le premier accroc coûte 200 francs, en 1944. Car on l’a oubliée, comme on méconnaît finalement cette figure littéraire et intellectuelle, dont la postérité retient d’abord la sublime célébration que lui a offerte Louis Aragon avec Les Yeux d’Elsa (1942). Profond et sensible, ce portrait remémore l’ampleur d’une œuvre et le parcours d’une vie aussi digne d’un roman. Née à Moscou dans l’élite russe, amie du poète Maïakovski dont « l’ombre » imprégnera tous ses livres, Ella Yourievna Kagan grandit dans le culte de l’art et émigre en France en 1917. Pour s’y établir, elle garde le nom de son éphémère premier mari, André Triolet. Mais l’amour de sa vie sera Louis Aragon, qu’elle rencontre en 1928. Ensemble, ils partagent des engagements — la Résistance, le communisme — tout en empruntant des voies littéraires parallèles qui participeront à occulter une œuvre qu’elle a choisi d’écrire en français, au prix d’un « affreux déchirement ». Qui lit encore Le Grand Jamais, Mille regrets ou encore la trilogie L’Âge de nylon ? Certainement plus grand monde. Mais peut-être bientôt ceux qui auront vu ce film qui, outre des commentateurs pertinents, présente des morceaux d’entretiens d’où percent la force et l’intelligence d’une artiste qu’on aurait tort de résumer à la muse."

61 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Recherche

thématique

par sujet ou par auteur dans nos publications

ci-dessous

Les Annales
bottom of page